• 365 visits
  • 85 articles
  • 123 hearts
  • 297 comments

Une curieuse fille chapitre 10 21/02/2018


 
 
 
 
Chapitre 10
 
 
 
 
( Point de vue interne : Damian )
 
Le lendemain matin...
 
    Dés 6h00 du matin, je fus réveillé par un appel de Ziggourat. Je lâche un long soupir déjà exaspéré puis je réponds. Oui sinon je me fais défoncé et je tiens encore à ma vie
   - Allô...
   - Damian ! Ton perfectionnement est prêt, dépêche toi de te préparer ! Ziggourat a raccroché. Agacé, je frotte mes yeux fatigués et essaye de me lever, je sens alors les bras de Pandore autour de mon torse, doucement je retire ses mains puis les posent sur mon oreiller. Elle bouge et rapproche ses mains et ses jambes de son corps. Exactement comme moi quand je dors en boule comme un hérisson. C'est Jack qui me disait ça tout le temps lorsqu'on se faisait des soirées camping dans la ville HD.
 
     Après que j'ai pris ma douche et me suis brosser les dents, je rentre dans ma chambre, Pandore s'est déplacé et dors désormais au milieu du lit avec sa tête sur mon oreiller. Son visage est encore un peu rouge et sa fièvre est toujours là, heureusement elle est moins forte que hier.
    Soudain, en caressant sa longue chevelure noir, j'aperçois entre mes doigts, des mèches blanches dans ses cheveux. Je vois aussi des cernes sous ses yeux fermés.
Et j'entends sa douleur dans sa respiration.
Serait-elle entrain de redevenir cette fille sadique et violente d'autrefois ?
 
    Je me souviens très bien de ce jour. Dans la pièce de détention, elle qui a perdue la raison, pour devenir cette femme aux court cheveux blanc, aux grands yeux rouge et à l'esprit tordu.
Comment une si belle fille peut-elle posséder un tel monstre en elle ?
C'est dégueulasse ! La voir souffrir d'une telle intensité me dégoûte profondément, et le pire c'est que je ne sais même où et pourquoi elle souffre autant
    - Pitié, dis moi que tu n'as rien vu ! Me suis-je souvenu de ses mots le jour où j'ai voulus toucher sa poitrine, elle m'a même supplier de ne pas la toucher à cet endroit.
 
 
     Je ne peux pas m'en empêcher, c'est plus fort que moi, je m'avance vers son corps endormit et aventure ma main vers sa poitrine dissimulé dans l'une de mes chemises que je lui ai prêté pour dormir. Je déboutonne les premiers boutons et commence à voir un pansement blanc tâché de rouge entre ses seins, j'ai l'impression d'être en ébullition devant le corps de ma Blanche Neige presque nu.
    J'avance ma main vers son pansement, et le retire doucement. Un violent frisson m'a traversé le corps, je sens mon bras trembler alors qu'il est difficile de me faire trembler si facilement. Le pansement m'échappe et mes yeux sont fixé, sur une ouverture rouge-noir infecté entouré de veines violet.
 
    Je sens Pandore trembler comme une feuille, ses gestes semblent un peu plus forts. Elle a l'air de faire un horrible cauchemar, car des larmes coulent de ses yeux endormit. Je décide donc d'aller chercher une petite compresse d'eau froide puis la dépose sur sa plaie pour la nettoyer, sous ma main je sens les battements de son c½ur agité. Elle me fait de la peine.
    - He he he... entendis-je, en me retournant mes yeux voit une espèce d'illusions de la fille albinos de la dernière fois ; elle disparaît en me glissant un murmure dans l'oreille
    - Découvre la vérité... si tu veux la sauver !
 
    Soudain, mon téléphone sonne de nouveau. Ziggourat qui m'appelle en me disant de me dépêcher d'aller au perfectionnement. Je n'ai pas eu le choix, j'ai laisser tomber ce que je voulais faire, néanmoins je change le pansement de ma Blanche Neige puis lui ai déposé un baiser sur le front, avant de partir.
 
 
Quelques minutes plus tard...
 
     J'ai été installé dans le perfectionnement qui s'allume, je m'endors lentement et commence à revoir des instants passés de ma vie... Mais c'est trouble ! J'entends la voix de ma mère qui me parle tendrement tout en me câlinant, c'était le jour où avec Papa, ils m'ont emmené chez Ziggourat en me disant
    - Écoute moi mon chéri ! Papa et Maman vont beaucoup travailler en ce moment, et ils nous ais hélas impossible de t'emmener avec nous, alors ton oncle Ziggourat va s'occuper de toi pendant notre absence...
    - Maman... pourquoi tu te débarrasses de moi tout le temps ? Avais-je demandé triste. Ma mère a affiché un regard surprit, puis elle m'a serré dans ses bras pour me rassurer, en même temps mon père qui vient me caresser la tête
 
    - Mais non mon bébé, on ne veux pas se débarrassé de toi, c'est juste que tu es beaucoup trop jeune pour qu'on t'emmène avec nous. Ne t'inquiète pas on viendra te chercher dés qu'on aura finit !
     Puis j'ai regardé mes parents partirent alors que Ziggourat me tenait dans ses bras, je me souviens très bien que cela a gravement affecté mon mental pendant quelques mois. J'étais souvent triste, et même Jack qui était là depuis au moins trois ou quatre ans n'arrivait pas à me consoler.
    Seul le bon gros chef de cuisine de l'académie HD a réussit à me redonner le sourire avec sa gentillesse et sa joie de me transmettre sa passion de vouloir m'apprendre à cuisiner, au moins grâce à lui je sais me faire à manger tout seul !
 
     Après mes autres souvenirs sont un peu trop flou pour que je les vois, tout ce que je sais, c'est que se sont les souvenirs de ma famille quand nous étions à la maison tous ensemble.
Soudain, d'autres images défilent dans ma tête alors que je sens une douleur étrange me parcourir tout le corps. C'est ma Blanche Neige, elle est dans un endroit étrange, ressemblant plus à une école où les murs sont tâchés de rouge , je la vois au milieu d'une grande tâche rouge sur le sol, sa respiration est très forte. Elle a peur, pourtant elle a le sourire et ses cheveux sont blanc, elle s'est mise à courir le long d'un couloir après avoir crié
    - Je n'ai rien fait !
  
     Le perfectionnement terminé. On est déjà le lendemain, oui parce qu'il fallait que ce truc dure toute une journée, lorsque je suis sortis de la machine, j'ai remis ma cape et mon collier puis je suis sortis dehors où se trouve l'hélicoptère qui va nous emmener au stadium pour le dernier combat. Et alors que je monte dans l'hélicoptère, je vois ma petite Blanche Neige assise à côté du pilote avec les yeux brillant d'admiration. Lorsqu'elle me vu, elle m'a fait un sourire timide avec les joues toutes rouge.
Elle sait que je l'ai soigné hier et que j'ai vu sa poitrine !
 
      Je ne sais pas ce que c'était ces images que j'ai vu de toi ma petite Pandore, mais... je n'aime pas le fait que tu ne t'ai toujours pas confié à moi ! Parce que moi, je voudrais tout savoir de toi, et je veux que tu saches que je...

Une curieuse fille chapitre 9 21/02/2018


 
 
 
Chapitre 9
 
 
 
 
( Point de vue interne : Pandore )
 
Dix minutes plus tard...
 
    Nous sommes arrivés au centre commercial. À l'intérieur il fait déjà un peu plus chaud que dehors, en premier Jack a voulût qu'on l'accompagne dans un magasin de fournitures pour qu'il puisse s'acheter quelques pinceaux et pots de peinture. Pendant que Camille l'aidait à choisir... Parce qu'il a fallut que Jack soit très exigeant ! Moi je me balade un peu dans le magasin en regardant les quelques portes-clef en peluche
    - Pandore !...M'appelle Jack avec toute ses fournitures dans ses bras ; On n'y va ? Je hoche la tête et les suis.
 
    Alors qu'ont flânent dans le centre commercial, plusieurs regards se sont posés sur moi et la plupart appartenait à des garçons qui, sans aucune gêne m'ont sifflé et m'ont dit des choses très salasse
    - T'as un beau cul ma belle ! Hé ma petite, t'as pas envie qu'on se cale un petit moment ?
Ces remarques me mette horriblement mal à l'aise, alors je reste aux côtés de Camille, car je la connais très bien... La première personne malsaine qui voudra m'approcher, Camille va immédiatement me protéger et frapper cette personne d'un bon gros coup de poing dans la figure, suivit d'un coup de pied dans la partie sensible et d'un coup de tête pour terminé.
 
    Comment je le sais ? Elle l'a déjà fait contre un garçon qui a voulût me toucher les fesses lorsqu'on était partit toute les deux à une fête foraine. Le pire c'est que l'on n'a même pas eu d'ennuis après ça. Parce qu'on a prit aussitôt la fuite !
 
    Quelques minutes de marche plus tard, nous nous sommes arrêtés dans un magasin de vêtement, pendant que Jack se choisit une chemise, Camille reste à mes côtés et me montre plusieurs habits
    - Si c'est un cadeau pour Damian, tu pourrais lui acheter un tee-shirt ou une veste, ça lui fera certainement plaisir !
 
  
    Je ne suis pas très convaincue. Damian n'a pas vraiment de goût vestimentaire particulier, il se contente de ce qu'il a et a tendance à être plus dans le simpliste, bon... sauf sa combinaison, ça c'est particulier comme style.
    - Non ! Ce n'est pas ce que je veux ! Ais-je déclarer, Camille a donc reposer le tee-shirt, puis elle m'a demandée
    - Ok ! Mais alors qu'est ce que tu veux lui acheter ?
 
     Je me met à réfléchir... Déjà Damian n'est pas quelqu'un de forcément matériel, cependant je le verrai bien avec un autre bijou que le collier qu'il porte souvent.
    - Jack !... l'appelais-je, il répond présent ; Selon toi, est ce que Damian a des préférences dans les bijoux ? Jack a affiché un regard confus, il a levé les yeux pour réfléchir, puis il sort son portable pour regarder une photo de Damian lors d'une soirée
   - C'est une question bien compliqué que tu me poses là Pandore ! Me dit-il, puis il me propose de le suivre jusqu'à une bijouterie qu'il connaît très bien, j'accepte de suite.
 
    À l'entrée de la bijouterie, mes yeux se sont écarquillés de surprise. Les bijoux ici sont sertis de diamants aussi brillant que les lumières de la boutique, là Jack m'emmène voir une dame habillée avec classe aux cheveux assez court de la même couleur que lui, lorsqu'elle se retourne, un grand sourire se dessine sur ses lèvres puis elle serre Jack dans ses bras.
    - Bonjour Maman ! Salue Jack tout gêné, ensuite sa mère dit bonjour à Camille. Jack a dû présenter Camille à sa mère il y a un bout de temps, puis elle vient me dire bonjour en me demandant comment je m'appelle.
    - Pandore ! Ais-je répondu poliment, alors je me suis rappelé de quand j'avais vu les statistiques de Jack. Je suis face à Laure Riperl : La mère de Jack et la célèbre bijoutière de luxe !
 
   - Dit Maman !... l'appelle Jack ; Pandore voudrait offrir quelque chose de spécial à mon meilleur ami, je pense que tu t'en souviens ? Sa mère est intriguée, alors Jack fait un petit descriptif rapide de Damian
    - Oh oui... Le jeune garçon aux cheveux bleu qui est venu m'acheter... Sa mère s'interrompt brusquement en voyant Jack me mettre les mains sur les oreilles, je lève les yeux avec surprise, ses lèvres tremblent de stress...
Qu'est ce qui me cache tous ?
 
   - D'accord j'ai compris ! Soupire sa mère, là elle me fait signe de la suivre jusqu'à une vitrine remplit de bels montres en or et argent pour homme.
   - Je te laisse regarder, si quelque chose t'intéresse tu ouvres la vitrine et tu prends l'article que tu veux acheter. Et ça ne te servira à rien de le voler car ce n'est qu'une réplique qui n'a pas trop de valeur, les authentiques je les ai dans ma vitrine personnelle... c'est compris ? J'ai hocher la tête.
 
     Durant plusieurs minutes, j'ai observé les différentes montres et mon regard s'est posé sur une belle montre en argent avec des aiguilles d'or eu un cadran bleu
    - Celle là ! Ais-je crier, mes amis se sont retourné vers moi, qui récupère l'article dans la vitrine et vient l'apporter au comptoir de la mère de Jack, elle regarde mon choix et me félicite, car cette montre fait partie de sa meilleure collection de l'année.
Le prix m'a totalement achevé : 150 000 $ !
 
     Heureusement que j'ai pris l'argent dans le tiroir de Damian, j'espère qu'il ne sera pas en colère contre moi. Après avoir payé mon cadeau désormais ranger et envelopper dans une jolie boîte noire avec la marque de la boutique, je sors de la bijouterie avec Jack et Camille qui décide d'aller prendre un café au bar. Et alors qu'on discute, j'entends cette voix agaçante que je n'ai pas entendue depuis plusieurs jours
    - Allez Madoka reprends toi ! Je suis sûr que Pandore va bien et qu'on va très bientôt l'a retrouvée, car son esprit de blader est toujours présent et grâce à ça elle va revenir à nous !
C'est la voix de Gingka !
 
     Pour avoir un air si bête dans sa voix et être aussi naïf, ça ne peut être que Gingka Hagané ! Rapidement j'ai pris la fuite le plus loin possible sans me faire repérer, cependant je suis encore proche d'eux au point que je peux entendre Madoka soupirer tristement
    - Je sais Gingka, que je ne dois pas m'inquiéter pour Pandore mais... elle me manque quand même ! Dit-elle avec tristesse alors qu'il sort du centre commercial.
Cela m'a provoqué un pincement au c½ur au point que mon empathie réveille la douleur dans ma poitrine.
 
     Soudain, emportée dans ma souffrance je bascule par dessus les barrières de l'escalier montant. Je lâche un hurlement de terreur et me retrouve suspendue très haut au dessus du couloir menant au garage intérieur du centre commercial.
Si je tombe, c'est la mort assurée !
 
     Là, j'entends Jack et Camille crier mon nom et se précipiter vers moi, tout le monde dans le centre me regarde avec peur, certains d'entre eux essayent d'appeler des secours et d'autres filme et prends des photos de la scène
    - Au secours j'ai peur ! Criais-je effrayée. Mes bras tremblent de fatigue et je commence à pleurer.
     - Pandore tiens bon ! M'encourage Jack en me tenant les mains pour ne pas que je tombe
     - J'ai peur, pitié aide moi Jack ! Suppliais-je en panique alors que je sens les crampes ramper le long de mes bras. Soudain je sens une paire de bras m'attraper le bassin, cela me fait un choque
    - Chuut... me murmure une voix ; Calme toi ma Blanche Neige, je te tiens maintenant, ne bouge pas ! Me rassure cette voix qui ne pouvait être que celle de Damian
    - Jack !... Appelle t-il ; Descends la un petit peu pour que je puisse avoir une meilleur prise !
 
    Jack se mord la lèvre inférieur de stress et me descend aussi doucement qu'il le peut puis il me lâche. Là, je sens les bras fort de Damian me porter et me descendre sur le balcon en dessous de l'escalier où se trouve les magasins de journaux et les bureaux de tabacs.
Je tremble et pleure encore de peur, Damian vient me serrer dans ses bras puis m'embrasse dans le cou avant de me souffler
    - Ne pleure plus, je suis là ! La chaleur de son corps m'apaise peu à peu, ses mains viennent caresser mes joues, puis ses pouces essuies mes larmes. Sans retenus j'entoure mes bras autour de son cou et le serre contre moi, Jack et Camille sont arriver à ce moment là et Camille me câline à son tour.
 
     Après avoir été consolée, Damian m'a rapproché de lui et m'a demandé si je voulait qu'il me ramène à l'académie HD sur sa moto. J'ai immédiatement acceptée et est monté sur sa moto.
  
    À la nuit tombée, Damian et moi nous nous sommes couchés. Je regarde Damian s'endormir tout doucement, j'ai encore besoin de son réconfort alors je me rapproche de lui et vient blottir ma tête contre son torse. Ses bras m'entourent de nouveau
    - Tu veux encore un câlin ? M'a t-il murmuré, je rougis un peu timide et l'embrasse avant de cacher ma timidité dans ses couvertures, il me les retirent et m'embrasse à son tour.
 
    Soudain, j'ai entendu un grand bruit sourd provenir du ventre Damian, celui-ci a rougit de honte et s'est nerveusement gratté les cheveux en me disant
    - Désolé... je n'ai pas pris le temps de manger aujourd'hui ! Damian est si mignon quand il est gêné, je l'entends soupirer fortement, et moi je me contente de lui caresser le ventre puis lui est déposé un baiser dessus et sur la joue.
Il m'a sourit et m'a embrassé !
 
     Une heure plus tard, nous nous sommes finalement endormit, je le sens me câliner pendant son sommeil, en même temps il en a bien besoin pour demain, parce qu'on ne pourra pas se voir de la journée car... il aura perfectionnement toute la journée et au lendemain : La dernière bataille du championnat du monde contre la Gan Gan Galaxy aura lieu !
Et moi... je te sens rire de me faire revivre ce même cauchemar dans lequel nous nous sommes rencontrer, tu t'en souviens... de cette fois là ?


Une curieuse fille chapitre 8 30/01/2018


 
 
 
 
Chapitre 8
 
 
 
 
( Point de vue interne : Jack )
 
 
    Quelques minutes plus tard après que Damian soit partit....
 
    Alors que j'attends impatiemment ma copine dans le hall d'entrée tout en dessinant un oiseau bleu sur mon carnet, j'entends la porte s'ouvrir derrière moi... Pandore vient vers moi habillée dans son tee-shirt jaune avec son pantalon et ses escarpins noire
    - Pandore... ? Qu'est ce que tu fais là, je croyais que tu étais malade ? Lui ais-je demandé.
Elle fait peine à voir !
 
     Ses joues sont toutes rouge, elle tremble comme une feuille, c'est à peine si elle peut tenir sur ses talons. Pandore s'assoit sur le comptoir pour se reposer un peu
    - Où est Damian ? M'a t-elle demandé en frottant ses yeux larmoyants de fatigue.
Là, j'ai eu l'impression de me faire frapper dans le ventre. Déjà que Damian m'a confié la garde de Pandore pendant son absence, je suis dans une assez mauvaise posture.
 
    Soudain, je sens une puissante poigne me mettre les mains dans le dos et me plaquer avec force contre un mur
   - Dit-le ! M'ordonne une voix autoritaire que je connais si bien, puis elle me souffle dans l'oreille et insiste, j'en ris...
   - Tu es la plus cool et la plus forte et je ne suis qu'un ver de terre tout juste bon à te lécher les pompes ! Ais-je déclarer avec le sourire, je fus relâcher et j'ai pu me retourner.
Devant moi, se dresse une femme à la carrure d'une vraie chef des armée. Habillée en uniforme de militaire, ses longs cheveux bleu tressé lui descendant jusqu'au bassin, ses grands yeux bleu marine et son sourire ravageur font exalter mon c½ur.
Je ne perds pas de temps à serrer ma petite-amie dans mes bras, et elle qui me souffle à l'oreille
    - Avoue je t'ai manqué, mon artiste ?
 
 
( Point de vue interne : Pandore )
 
    Je suis sous le choque. Lorsque je descendis du comptoir, je constate que la fille qui embrasse Jack, est vraiment ma meilleure amie que je n'ai pas revu depuis si longtemps. C'est alors que je me suis souvenue de ce qu'elle m'a dit le jour où l'on a abordé le sujet sur son petit copain...
    - « En fait... lui et moi sommes très différent niveau personnalité. Déjà il est américain et il est quelqu'un d'assez étrange... car il a une réelle passion pour l'art mais il est aussi un garçon assez attentionnée. Il a un charme qui me plaît beaucoup ! » M'avait-elle dit ce jour-là
Maintenant je comprends tout !
 
 
    Puis, quelques secondes plus tard elle remarque ma présence. Camille ( oui elle s'appelle Camille ) a les yeux écarquillés de surprise, elle lâche Jack pour cinq minutes pour venir me serrer dans ses bras
    - Ma Pandore ! Ça fait si longtemps qu'on ne sait pas vu, j'ai eu si peur pour toi ! Me déclare t-elle, j'en pleure de joie de la revoir après tant d'années d'absence.
Elle n'a pas changée. Même avec son fort caractère, Camille est toujours restée aussi attentionnée envers moi.
 
    Je sens ses mains chaudes m'essuyer mes larmes et je la vois me sourire
   - Tu m'as manquée ! Ais-je dis avec soulagement, c'est alors que des traits de colère apparaît sur son visage, elle se retourne brusquement vers Jack, lui saisit les épaules et le secoue en lui criant
   - Où est passé cet imbécile de Damian ? Jack la calme en lui attrapant les poignets, ensuite il m'a regardé furtivement, puis a soufflé quelque chose à Camille
   - Oh... d'accord ! Dit-elle en retrouvant son calme. Je ne sais pas vraiment de quoi ils parlent, et personnellement ce n'est pas vraiment à ça que je veux penser maintenant. Je m'approche de Jack et décide d'aller droit au but
   - Jack !... l'ais-je interpellé ainsi ; Tu pourrais m'emmener au centre commercial s'il te plaît, je tiens vraiment à aller acheter quelque chose ! Lui dis-je, il lève les sourcils de surprise, cela ne m'étonne pas, vu mon état en ce moment, c'est normal que ça soulève l'inquiétude.
 
Jack baisse les yeux vers moi pour me demander
  - Tu es vraiment sûre de vouloir sortir dans cet état ? Tu sais, il fait froid cet après-midi, tu risques d'aggraver ton état...
  - S'il te plaît ! L'ais-je interrompu un peu gênée. Jack est surprit.
  - Je t'en supplie... c'est vraiment important pour moi, et je ne veux pas rester enfermé aujourd'hui ! Me suis-je expliqué, c'est à ce moment là que Camille s'approche de moi, me fait reculer un peu et me demande
  - Qu'est ce que tu veux acheter ? J'ai instantanément rougis et me suis fais toute petite.
À vrai dire... j'hésite beaucoup sur ce que je veux acheter à Damian !
 
    Jack a soupirer, il se met à fouiller dans ses poches, y sort ses clés avec son portable puis nous dit
   - Très bien ! Allez... tout le monde dans la voiture ! Il vient me porter sur son dos parce que d'après lui, je fais pitié à voir et qu'il me croit incapable de marcher dans mon état...
Damian a de la chance d'avoir Jack comme ami... Jack a un vrai comportement de grand-frère, alors qu'avec les autres il se comporte comme un vrai monstre sadique et impitoyable. Un peu comme '' mon '' Damian !
« Ha ha... quelle coïncidence que ces deux là se ressemblent ! » Pensais-je
 
Ah... Est ce que je viens de dire '' mon '' Damian ?
  
( Point de vue interne : Damian )
 
    Quelques moments plus tard...
 
     Je sors du magasin avec ce que je voulais acheter dissimuler sous une longue cape noire. Je ne m'attendais pas à ce que ce soit si cher, heureusement que Ziggourat et mes parents m'offre de sacrés sommes d'argents tout les fins de mois comme récompense avec bien sûr le petit service de ma part qui suit.
J'ouvre le siège de ma moto et cache mon achat à l'intérieur. Puis, en refermant mon siège, je me rends compte que ce n'est pas assez.
 
    Il me faut plus !
  
     Alors, j'aperçois au loin une boutique très luxueuse où les riches vont acheter leurs cadeaux, puis dans une vitrine... Je vois quelque chose qui attire mon attention ! J'entre dans la boutique et croise une femme dans la quarantaine d'années, habillée avec classe et possédant des cheveux assez court de la même couleur que ceux de Jack.
    - Je peux vous aider jeune homme ? Me demande t-elle avec sa technique de vendeuse charmante ; je lui réponds donc que je suis très intéressé par l'article présenter en vitrine et que je souhaiterais l'acheter.
 
     Elle m'a alors demandé de la suivre jusqu'à son comptoir, et m'a présenter l'authentique article et m'a dit le prix : 250 000 $ ! C'est la moitié de la somme que j'ai économiser sur mon compte que ma mère a ouvert depuis ma naissance, puis elle a placé l'argent qu'elle gagnait lors du tournage de ses films... Oui, ma mère est une célèbre actrice !
Je sors ma carte de crédit et paye l'article. Il m'a été joliment emballé puis je l'ai mis dans la poche de mon manteau. J'ai remercié la propriétaire qui m'a dit avant mon départ
    - Tu diras bonjour à Jack de ma part ! Je lui ai signalé un '' d'accord '' en levant mon pouce en l'air.
 
     Soudain, je sens mon téléphone vibrer dans ma poche. Un message de Jack me disant « Pandore a insister pour sortir, on arrive au centre commercial, si tu n'as pas finit tes achats, dépêche toi on sera là dans dix minutes ! »
 
    - Je compte sur toi ! Lui ais-je écris avec mon sourire amusé de la situation !
 
 
Voilà pour le chapitre 8, d'abord voici les questions que j'impose :
- À votre avis... Qu'est ce que Damian a acheté ?
- Qui est la femme qui a vendu l'article à Damian ?
- Selon vous, qu'est ce que Pandore voudrait acheter à Damian, selon ses goûts attention ? Je vous fais de gros bisous et à plus tard ! <3

L'histoire de Damian Hart chapitre final 27/01/2018


 
 
 
 
 
Chapitre final : Renaissance
 
 
 
 
 
 
 
( Point de vue interne : Damian Hart )
 
   Je suis à présent seul, dehors sous une pluie battante. Je ne sais même pas où je suis, ma chemise est tâché de sang qui ont presque disparût à cause de la pluie , j'ai le c½ur qui bat fortement puis soudainement je me met à rire de ce que je viens de faire, puis derrière moi, j'entends des voitures, à croire que les soldats se sont déjà réveillés, j'ai le sourire aux lèvres et commencent à courir.
 
    Peu de temps plus tard, j'arrive à une ferme où je décide de me cacher, mais c'est alors qu'un espèce de porcs enragé décide de me charger, je saute par dessus lui afin de le tourner en bourrique jusqu'à ce qu'il fatigue, mais pour cela il a fallut que je courre jusqu'à la grange où le cochon a défoncé la porte de bois puis s'est assommé : Oh l'imbécile de porc !
 
   Néanmoins, il m'a ouvert un passage dans la grange où je vais me cacher dans le bon foin situé au grenier, je reste silencieux et attend que les bruits de pas des soldats disparaissent, je vois leur ombres bouger et partir plus loin. Je soupire puis sort de ma cachette en retirant la paille dans mes cheveux, puis je décide de continuer d'avancer par le grenier, malheureusement le bois grince fortement sous mes pas, je descend donc puis me cache derrière tout ce que je trouve
   - Il n'a pas pu aller bien loin ? Ais-je lu sur les lèvres d'un soldat parlant à un autre, je vois soudainement au dessus d'eux, une botte de paille que j'ai très envie de faire tomber sur leur têtes, je sens mon sourire malicieux se dessiner sur mon visage, avant que j'escalade jusqu'au grenier, je rampe sur sol pour évité tout grincement, puis une fois que j'arrive à la botte de paille, je donne un grand coup de pied dedans et elle se renverse sur les deux gars en bas. Je ne peux m'empêcher de rigoler avant de me remettre à courir hors de la grange.
 
 
    Je suis à présent dans la seconde partie du champ de maïs, j'entends les aboiements des chiens de garde de l'académie HD, j'accélère donc le pas avant de sentir une douleur dans le ventre après avoir entendu un '' Pan '', je perds l'équilibre et tombe avec mon ventre qui pisse le sang : On vient juste de me tirer dessus ! Ils cherchent à me tuer, je me remet donc à courir malgré mon handicap puis, un deuxième tir me blesse l'épaule, je suis tomber dans une rivière très profonde après le champ de maïs. Je suis entrain de couler, je vois leurs lampes me cherchant et voyant que je ne remonte pas à la surface, ils doivent me croire mort.
 
    Je vois mon sang dans l'eau entouré des nombreuse bulles s'échappant de ma bouche alors que je sens l'eau m'envahir de l'intérieur, je me sens partir quand tout à coup, quelque chose m'attrape par la taille et me remonte à la surface, une pression est exercer sur mon ventre et me fait cracher toute l'eau que j'avais dans les poumons et l'estomac. Mes oreilles n'entendent rien, en tout cas on commence à me transporter ailleurs, j'ai perdu connaissance.
 
 
( Pas de point de vue interne )
 
    En pleine nuit, Damian a été transporté dans un immense chalet-restaurant par un couple dans les âges de 40-50 ans. L'homme vêtu dans des vêtements de cuisinier porte Damian évanouit, dans ses bras et va le déposer dans sa salle de bain le temps que sa femme le déshabille et lui fait prendre un bain pour aussi nettoyer les plaies et retirer les balles loger dans la peau fine de Damian. Les plaies ont très vite arrêté de saigner mais l'homme a tout de même appelé la clinique la plus proche pour s'assurer que les blessures de Damian ne sont pas trop grave et que les balles n'ont pas endommagé ses organes.
 
    Après un examen d'une heure, rien à signalé, l'intérieur de Damian n'est pas endommagé.
 
   
    Plus tard, Damian est allongé dans un lit blanc, avec à côté de lui, une femme de 40 ans avec des cheveux un peu gris, s'occupant de lui et le surveillant, c'est alors qu'elle remarque que les cheveux bleu de Damian sont un petit peu trop long, donc elle saisit une paire de ciseaux puis une serviette qu'elle place sous la tête de Damian, puis commence à couper quelques mèches de cheveux : À présent Damian ressemble énormément à Ridley ! La femme a alors haussé les sourcils de surprise en le regardant, elle a aussitôt appelé son mari qui est arrivé avec une photo dans les mains, il l'a met à côté de la tête de Damian puis a froncé les sourcils.
 
 
 
( Point de vue interne : Damian Hart )
 
    Je me réveille dans quelque chose de doux et chaud, je remarque enfin que je suis dans un lit blanc à l'intérieur d'une chambre en mur de bois et chauffer par une cheminée, alors que je me suis relevé, mes douleurs se sont apaisés, je vois alors un bandage autour de mon ventre et gros pansement sur mon épaule. Soudain, je vois la porte s'ouvrir par une femme avec des cheveux un peu gris rentrer dans la chambre avec une assiette de nourriture, elle sourit en me voyant
    - Oh ! Tu te réveilles enfin ! ( elle s'approche de moi, je suis un peu méfiant ) N'ai pas peur, je ne te veux aucun mal, j'ai supposer que tu aurais faim à ton réveil ! Tiens ! Me dit-elle en me tendant l'assiette, mon ventre grogne d'impatience alors je saisis l'assiette puis commence à manger, c'est alors que je la vois hausser les sourcils puis m'apporter un miroir, là je vois que mes cheveux sont plus court qu'avant, maintenant j'ai la même coupe que mon père.
   - J'ai supposée que tu serais gêné par la longueur de tes cheveux, donc je me suis permis de raccourcir un peu tes cheveux ! J'espère que tu n'es pas fâché !
 
    Je me regarde et trouve que la coiffure de mon père me va plutôt bien, déjà que dés la naissance je lui ressemblais déjà, maintenant il n'est pas impossible que l'on me prenne pour mon père : Je ne sais même pas quel sont ses crimes et pourtant... j'aurais peut-être d'autres problèmes !
   - Quelque chose ne va pas jeune homme ? M'a appeler la femme avec un regard intrigué, j'ai secoué un peu la tête pour reprendre mes esprits puis je réponds
    - Non ce n'est rien ! Je... j'ai eu un moment de fatigue ce n'est rien ! Elle a sourit puis m'a caresser la tête, je suis un peu gêné puis rajoute
   - Vous... vous n'avez pas peur de moi ? Elle a été surprise puis incline la tête de la même façon que moi
   - Hein ? Pourquoi aurais-je peur de toi ? Malgré le sang que j'ai retrouvé sur tes vêtements... tu ne pas l'air d'être dangereux, au contraire tu es plutôt adorable ! Ses paroles me rend tout drôle
   - Mais... vous ne me connaissez pas ? Elle ne sait pas trop quoi dire, je vois alors un homme aux cheveux gris lui aussi avec beaucoup de barbe au menton, ses yeux bleu sont braqués sur moi avant qu'il ne déclare
   - Ah ! Il s'est réveillé, ce n'est pas trop tôt !
 
  
    J'avale ma salive devant son regard sur moi, il vient vers moi puis me demande avec un ton  ferme
    - Tu es Damian Hart n'est ce pas ? ( il me regarde de plus près ) C'est bien ce que je pensais... Tu es le fils de Ridley ainsi que le petit démon du championnat du monde et de l'académie HD ! Ses paroles m'ont sembler comme un couteau dans le c½ur, tout mes souvenirs s'acharne dans mon cerveau et me donne un puissant mal de tête, les mains sur ma tête, je m'écroule sur le lit en sueur
    - Chéri, arrête tu le déranges ! Intervient sa femme fâchée, cependant son homme continue, puis sort une photo puis me la montre
    - Je suppose que tu connaissais cet homme ? Là, sur la photo je vois le visage souriant de Allan me tenant dans ses bras, puis présentant un plat que nous avions fait ensemble.
 
    Cela fait si longtemps que je n'avais pas vu son visage, son sourire... Tout ça me revient en tête, Allan me protégeais, m'apprenais pleins de choses sur la cuisine ou le service en salle, me faisait sourire avec ses blagues de cuisinier... Pour moi il était plus qu'une simple homme qui m'avait recueillis, je le considérais comme un père !
 
     Là je sens que je pleure, et eux aussi, ils l'ont bien remarqué. Je ne peux retenir mes pleurs et finit par fondre en larmes, j'ai l'air si pathétique , c'est alors qu'une main affective se pose sur mon épaule, en relevant les yeux, je vois l'homme avec un visage compatissant.
    - Je comprends ce que tu ressens mon garçon ! Car moi aussi j'ai été dans le même état que toi lorsque j'ai appris sa mort... La mort de mon propre petit frère ! ( Je suis choqué d'entendre ça ) Allan m'avait tout raconté à quel point il tenait à toi ainsi qu'à ton ami artiste, il vous considérais comme ses propres enfants car lui, n'avait malheureusement jamais pu en faire. ( Je suis toujours surpris et l'homme s'assit au bout de mon lit ) Oui... je lui avais dit qu'il était possible pour lui de partir de cette infernale académie HD, je ne comprenais pas pourquoi il ne voulait pas partir et qu'il me disait qu'il ne trouverait pas mieux ailleurs... Plus tard j'ai compris par test médical que Allan était stérile ! Il était impossible pour lui de faire des enfants.
 
    L'homme marque un long silence provoqué par ses sanglots à peine dissimulé, sa femme venait lui masser les épaules pour l'apaiser, puis il reprends son histoire
    - Un jour... Il m'a envoyer une lettre disant que ce connard de Ziggourat lui avait ordonné de rester aux côtés d'une femme enceinte à cause d'un viol, afin qu'il puisse récupéré l'enfant, alors que Allan avait déjà un petit à surveiller, je ne rappelle plus de son nom...
   - Jack !... ais-je répondu, l'homme a écarquillé les yeux de surprise ; Il s'appelle Jack, Allan nous a élevé ensemble lui et moi, il était avec moi au championnat du monde ainsi qu'à l'académie HD ( je montre mon tatouage ) il est aussi mon meilleur ami !
 
 
 
    À cet instant, j'ai essuyé mes larmes puis me suis exprimé
   - Allan et Jack me connaissait avant même que je ne sois né ! Maman, Allan et Jack ne me voulait que du bien, et eux aussi se sont retrouvé dans cet enfers par ma faute, tout ça parce que je suis le fils d'un monstre qui... ( d'autres larmes coulent de mes yeux ) en réalité a sacrifié sa vie en me donnant son c½ur, afin que je vive ! Ces gens là se sont battus pour moi et... sur les quatre, j'en ai perdu deux et est faillit perdre le troisième et la quatrième. J'ai fais tellement de mal autour de moi, j'ai faillit être détruit, j'ai même faillit devenir aussi monstrueux que ce que mon père a pu être ! Et pourtant aujourd'hui... Cette histoire me hante encore ! L'homme me caresse à nouveau les cheveux puis me relève la tête en me disant
 
    - C'est pour quoi tu as tué le docteur Ziggourat ! ( Un frisson m'a brusquement traversé le dos ) Tu as voulus te libéré et sauver tes proches, et tu l'as fais ! Ne t'en fais pas, je n'irais pas te dénoncer à la police, car moi aussi je voulais faire la peau à Ziggourat pour avoir oser tué Allan... Mon propre petit frère ! Et pour le reste tu n'as pas à t'inquiéter non plus, j'ai prévenue ta mère disant que je t'avais retrouvé et que tu allais bien ! Quand tu seras rétabli, il serait bien que tu ailles lui rendre une petite visite, nous sommes d'accord ? J'ai acquiescer, puis mon ventre grogne encore, je rougis d'un coup et m'excuse
    - Pardon... cela fait longtemps que je n'ai pas mangé ! Immédiatement la femme se lève pour aller me préparer une nouvelle assiette de nourriture.
 
    Là, je vois la main de l'homme tendu vers moi et avec le sourire il me dit
    - Je m'appelle Richard et ma femme s'appelle Hélène ! Voudrais-tu que je te fasse visiter mon restaurant ! J'ai haussé les épaules puis attrape la chemise et le pantalon que l'on m'a préparé juste pour moi puis après m'être habillé, je suis Richard qui me conduit dans une grande salle de restaurant avec une décoration à la Canadienne, avec les murs décorés de jolis tableaux, de belles tables en bois bien entretenus, un bar somptueux avec beaucoup de bouteilles d'alcool exposé dans une étagère bien implanté dans le mur : Je suis impressionné !
    - Alors ? Qu'est ce que tu en penses ? M'a demander Richard fier de son restaurant en me disant qu'il avait 10 ans à le construire et à réaliser un grand chiffre d'affaire
- Ce restaurant est très cool ! Lui ais-je répondu alors que Richard m'emmène vers le bar puis me serre un verre très peu alcoolisé, là je vois quelque chose qui a bien intéressé mon regard : Il s'agit d'une jeune fille au visage de poupée avec une longue chevelure noir un peu ondulé, des grand yeux marrons sombre, habillée dans un costume constitué, d'une petite jupe noir, des chaussures noir plates fermé à lacet aux brillant doré, une chemise blanche et une veste noire... Magnifique !
  
    - Elle t'intéresse ? M'a demandé malicieusement Richard avec un sourire dans le coin, là je souris également puis lui demande
    - Qui c'est cette petite merveille ? Richard a ricaner puis m'a dit qu'il s'agit d'une petite nouvelle dans le restaurant qui est polyvalente, elle travaille en tant que serveuse et cuisinière ici et que cette jolie poupée s'appelle Pandore Scarsheld ! Elle est Française !
    - Whooo... ! Ais-je lancé de manière intéressé, je me suis alors tourné vers elle tandis qu'elle plaçait les verres sales sur un plateau pour les ramener en cuisine pour aller les laver, Richard m'a alors fait un clin d'½il m'indiquant : Va-y, va te présenter !
 
     J'esquisse un sourire puis me dirige vers la grande cuisine de Richard où je la vois passer les verres dans la machine à laver la vaisselle, je la regarde travailler en essayant d'aller le plus vite possible. Elle me remarque enfin puis elle me sourit, je me suis présenté et comme si ce n'était pas surprenant, elle m'a reconnue grâce à mon combat contre Gingka lors du championnat du monde. Depuis ce jour, je suis heureux, Richard m'a offert un travail en temps que second chef de cuisine et barman le soir dans son restaurant, et toutes les semaines j'envoyais des nouvelles à ma mère, qui n'a jamais été aussi fière de moi que je me reconstruise et finis par oublier tout mon passé !
 
 
 
( Point de vue interne : Jack )
 
     10 ans se sont écoulés, maintenant j'ai 33 ans et je n'ai toujours pas eu de nouvelles de Damian qui à présent doit avoir 28 ans, ce dont j'étais sûr c'est qu'il est en vie, durant ces 10 ans je n'ai pas cessé de penser à lui, il a réussit à s'en sortir face à Ziggourat et a été porté disparût. Moi je n'ai su que Damian était en vie que quatre jours après car, Kanna avait reçu un appel de ma mère qui voulait que je revienne à la maison pour que je lui rendes visite, c'est aussi parce qu'elle voulait m'offrir un emploi dans sa boutique de bijoux. Je savais que cela ne servait à rien de se lamenter, alors j'ai caché mon inquiétude pour Damian puis est construit ma vie. J'ai repris l'affaire de ma mère et le dirige désormais avec ma femme Rochelle, aussi j'ai ouvert une galerie d'art assez célèbre aux État-Unis, Rochelle et moi nous nous sommes mariés il y a 4 ans, et durant cela nous avons eu un enfant, une petite fille à la peau miel comme sa mère et des cheveux bordeaux de la même couleur que les miens.
 
    J'en suis si fier !
 
 
     Mais en regardant le tatouage en honneur à mon meilleur ami, son visage me revient toujours en tête, je souhaiterais vraiment le revoir, au moins pour une fois. Soudain en regardant dans ma boite aux lettres après ne pas l'avoir regardé pendant au moins plus de 3 ans, car je n'avais jamais le temps de regarder et Rochelle non plus, je reçois plusieurs faire-parts, un de mariage et de deux de naissances où je vois les deux noms : Damian et Pandore !
    - Damian... ? Ais-je murmurer en ouvrant le premier faire-part qui était celui de la naissance de son premier enfant qui est un petit garçon né un 26 décembre, qui a certainement 3 ans maintenant : Angel Hart ! Je passe au deuxième faire-part de naissance qui est celui de leur deuxième enfant, cette fois-ci c'est une petite fille qui est né le 20 septembre de l'année dernière : Lucy Hart !
 
    Puis le dernier est un faire-part de mariage déclarant que Damian allait se marier avec sa Pandore cette année lors du 12 novembre et qu'il m'invitait à venir y assister, sans hésité je préviens Rochelle et même si elle n'était pas vraiment convaincu, je les entraîné avec moi. Nous avons fait un très long voyage sur les traces de Damian, puis notre route nous a conduit à un chalet-restaurant qui est déjà passer plusieurs fois à la télé grâce aux exploits de son cuisinier et de sa gestion de restauration.
 
 
    Là, nous nous sommes installés au bar, puis je me suis écroulé de fatigue
   - Vous avez fait une long voyage Monsieur ?
   - Oui c'est ça ! Je suis à la recherche d'un ami qui m'invite à son mariage !
   - Ohhh... c'est bien gentil ça de faire tout ce chemin pour venir jusqu'ici ! J'ai esquissé un sourire puis est relever la tête pour apercevoir le visage d'un homme semblable à Ridley, j'ai sursauté puis est vu le tatouage représentant un '' J '' entouré de plumes de paon sur son poignet
   - Damian ? Ais-je déclaré, puis il me fait un clin d'½il avec un sourire dans le coin de ses lèvres avant de me dire
   - Comment ça va depuis tout ce temps ? Mon pote ! Mon visage s'est illuminé devant lui, de voir Damian en parfaite forme et avec le sourire aux lèvres ne peut que me rendre heureux. Je n'ai pas hésité à lui présenté ma femme ainsi que ma petite fille, lui a fait de même en me présentant sa femme à lui : Et par pure coïncidence, nos femmes se connaissent ! Puis il m'a montré ses adorables enfants, tous les deux ont des cheveux noirs de leur mère et les yeux gris de leur père, et comme c'était attendu, le petit Angel a la même tête que son père, et la petite Lucy a la même tête que sa mère.
 
    La famille Hart sous son meilleur jour !
 
 
    J'ai passer la journée entière a discuter avec Damian, apparemment il a décidé d'oublier tout son passé dans les moindres détails, pourtant il a décidé de garder en mémoire, moi, Allan et son père Ridley. Ce n'est que mieux pour lui, après ce que nous avons vécue, le mieux est d'oublier notre passé et de faire nos vies jusqu'à la fin.
 
    Soudain, alors que nous discutions ensembles entouré des enfants et de nos femmes, la télé diffusa encore l'histoire de la mort de Ziggourat. J'ai vu Damian esquisser un sourire discret dans le coin de ses lèvres...
 
    Hé oui... celui que Ziggourat prévoyait de détruire... a finalement été détruit lui même en ayant menacé un être bien plus fort que lui, qui maintenant vit enfin en paix, loin des portes d'Hadès !
 
 
 
La fin

L'histoire de Damian Hart chapitre 19 18/01/2018


 
 
 
Chapitre 19 : Vengeance
 
 
 
( Contenu gore )
 
 
 
 
( Point de vue interne : Damian Hart )
 
 
     Ziggourat et moi sommes enfin face à face. Face à l'homme responsable de toutes mes souffrances passé
    - Cela fait un bout de temps que je n'avais pas vu ta petite tête ! Tu as bien changer Damian... ( il esquisse un sourire sadique ) j'ai l'impression d'avoir mon propre fils en face de moi ! M'a déclarer Ziggourat, j'ai froncer les sourcils devant ses paroles sarcastiques, il me fait bien comprendre que ça ne lui fait ni chaud ni froid que Ridley m'est sauvé la vie ! La mort de son propre fils a l'air de plus le réjouir qu'autre chose !
 
    - Damian ! Enfuis toi ! Me cris ma mère, alors que Ziggourat m'interdit de faire le moindre pas en pointant le revolver au front de ma mère, je n'avais aucune intention de bouger. Je vois alors un soldat s'approcher de moi et me saisir par le col avant de me frapper au visage pour que je tombe par terre
    - Je pense que tu as compris ce que j'attends de toi Damian... Commence à parler Ziggourat alors que je me relève et lui coupe la parole
    - Cessez de tergiversé Ziggourat ! J'ai compris... Lui répondis-je en essuyant mon nez qui saigne légèrement
    - Damian... A sangloté ma mère dans le désespoir de devoir revivre le même cauchemar, alors je viens m'approcher d'elle avec un objectif en tête, à son oreille je lui souffle tout en l'enlaçant
    - Je suis désolé Maman, tout ce qui t'arrive est de ma faute mais... je t'en prie ne t'inquiète pas pour moi, j'espère juste que tu ne me détesteras pas après ça ! Puis, je vais souffler à l'oreille de Jack
    - Je vais nous débarrasser de ce passé qui nous hante ! Il a écarquillé les yeux de surprise alors que je m'éloigne de lui.
  
 
    Plus tard, on m'a emmené très loin de la ville, dans un lieu isolé entouré par un très long champ de maïs. Là, je vois un bâtiment maussade avec le même symbole que l'académie HD, la voiture s'est arrêté et les soldats m'y ont fait entrer de forces, je suis désormais attaché à une chaise, dans une pièce sombre et face à Ziggourat. Celui-ci a le sourire aux lèvres tout en tenant une ceinture dans sa main
     - Je ne te comprend pas Damian ! Je t'ai tout donné... La puissance, l'argent, un foyer, de la nourriture à souhait et par dessus tout... L'honneur d'être mon petit protégé, et voilà comment tu me remercies ! En me fuyant plusieurs fois, et préférant retourné à une vie de misérable raté, j'aurais pu faire de toi un véritable petit prince du monde si tu m'avais obéit jusqu'au bout, ( il me frappe avec sa ceinture, la boucle de ceinture me percute l'épaule assez violemment ) mais tu n'en n'a fait qu'à ta tête Damian ! M'a t-il crier avant de me fouetter à nouveau, cette fois-ci se fut mon bras qui fut toucher, je suis incapable de bouger !
 
     - C'est faux !... ais-je grogné, Ziggourat a relever les yeux vers moi ; Vous m'avez serte offert la puissance, mais une puissance qui a faillit me détruire, et mon père aussi ! Et c'est pour ça qu'il a été brisé... tout comme vous avez voulût me faire subir le même sort ! Tout comme mon père, j'ai été un objet, un esclave, une marionnette, un pion dans votre jeux d'échecs ! Et ça, avant même que je vienne au monde ! Vous n'êtes qu'une pourriture, l'arrangement n'était pas en réalité pour me rendre plus fort, ce n'était qu'un moyen pour m'effacer la mémoire et pouvoir m'utiliser à votre avantage... ( je gigote dans mes liens en tentant de me libérer ) Moi ! Le fils de celui que les État-Unis entier prénommait comme le blader possédant la toupie de l'Antéchrist ! Ais-je déclaré fermement face à Ziggourat, celui esquisse un sourire avant de jeter sa ceinture par terre, et sortir un petit couteau de poche pour l'approcher de mon torse, puis l'une de ses mains m'attrape par l'oreille.
 
    - Est ce que tu t'entends parler Damian ? Réalises-tu le poids de tes paroles ? Je ne crois pas non, aurais-tu oublier de qui tu descends ? Tu parles de l'homme qui a violé ta propre mère, m'a annoncer ta venue au monde et t'a laisser dans cet enfer avec moi comme si pour toi ses actes cruel envers toi était justifiés ! Serait-ce parce qu'il t'a sauvé la vie que tu parles de lui ainsi ? Ou éprouves-tu un tel désespoir que tu te berces d'illusions à son sujet ? Après ce que tu viens de vivre, tu devrais t'en être rendu compte que Ridley... ( Ziggourat m'entaille le torse avec son couteau, je me retiens de crier ) n'a jamais été une bonne personne, après tout, il est de mon sang... tout comme toi ! M'a t-il murmurer à l'oreille alors que je retiens mes gémissements d'agonie.
 
 
     Ma rage est profonde et semble me dévorer de l'intérieur, ce sentiment... je l'ai déjà éprouver plus d'une fois, mais cette fois-ci : Il est beaucoup plus fort ! Je vois alors Ziggourat essuyer mon sang sur son couteau avant de le ranger dans sa poche, puis je lis sur ses lèvres
    - Je ferais mieux d'éviter de t'infliger trop la torture physique pour le moment malgré que j'admets mon envie irrésistible de te faire souffrir pour avoir oser me trahir ! Mais... je crois avoir une solution pour obtenir une punition digne de toi... Je vais tout simplement t'infliger beaucoup de souffrances touts les jours et en même temps... je vais te laisser crever de faim et de soif ! Comme ça, petit à petit, tu perdras toutes tes forces jusqu'à ce que tu commences à pourrir, comme l'échec que tu es ! M'a t-il dit avant de me donner un coup de poing puis partir en m'enfermant dans le noir.
 


2 JOURS PLUS TARD
 
    Je suis toujours seul dans le noir, mon torse, mes bras et mes épaules sont couvertes de plaies qui me pique atrocement. J'ai le sang qui me coule le long de mes épaules, c'est si désagréable. 
    Chaque blessures sur mon corps me rappelle plusieurs choses qui ont été retrouvé de ma mémoire brisé.
 
     La douleur dans mon estomac affamé, me rappelle la gentillesse d'Allan, un homme qui n'a pas hésité à combattre Ziggourat en s'occupant de moi comme si j'étais son propre fils, au détriment de sa santé il m'a aimer, nourrit, loger, habiller et m'a transmit beaucoup de connaissances, je n'ai jamais pu le remercier pour tout ce qu'il a fait pour moi... Il en est même mort ! Les blessures sur mes épaules, me rappelle Jack... lui qui a toujours été là pour moi, il m'a soutenu dans toutes mes actions même si celles-ci étaient parfois cruel. Il a même tenté de me sauver lui aussi, malgré que les sbires de Ziggourat lui ai fait payer en le torturant ! Et les blessures sur mon torse, sont la souffrance de mes parents ! Eux qui ont tellement souffert de mon existence sur terre. Maman qui m'a élevé avec tout son amour alors que normalement, jamais je n'aurais dû naître et mon père... qui malgré le fait qu'il ne m'est pas désiré... à donner sa vie pour que je vive ! Ces gens se sont battu pour moi et ont souffert par ma faute !
 
  
     Soudain, je ressens de nouveau tout l'amour que ces personnes m'ont porter, si j'abandonne... Je vais le décevoir une fois de plus. Je ne peux retenir mes larmes, j'ai besoin de pleurer... Je veux être libre, je veux vivre une vie paisible où je pourrait enfin être heureux... Mais pour cela... ( un malaise profond me ronge lorsque je repense à son visage ) je dois faire disparaître mon pire cauchemar !
 
     C'est alors que je vois mon petit compagnon à plumes noirs, sortir soudainement de l'ombre
    - Ha ha... tu as réussis à me retrouver mon petit pote ! Lui dis-je avec un sourire, l'oiseau me fixe alors que quelque chose commence à envahir mon corps, une puissance noire voulant tout dévorer sur son passage, et mon corbeau semble y être pour quelque chose, je comprends ce qu'il veut me dire
    - J'ai compris... cette fois-ci je n'ai plus le choix ! Pardonne moi Papa mais pour que tu puisses enfin reposer en paix sans t'inquiéter pour moi... notre promesse ne peut à présent plus tenir ! Ais-je déclaré en me libérant de mes liens sans difficulté pour venir inviter mon corbeau à se poser sur mon épaule. Celui-ci se pose sur mon épaule et moi je m'avance hors de ma prison.
 
    Le bâtiment est surveillé mais aussi très silencieux. Mon manque d'audition me pose malheureusement un sérieux problème, mais je m'en fous pas mal. Je me contente d'avancer avec discrétion à l'écart des caméras de surveillances et des soldats mobilisé un peu partout dans chaque couloir. Soudain, j'arrive à une pièce entre-ouverte et qui n'est pas gardé, les soldats n'étant pas très loin, je décide de m'y cacher pour quelques minutes. Je les vois traverser le couloir en courant : Auraient-ils enfin captés que je n'étais plus captif dans leur maudite pièce !
 
    Avant que je ne reparte pour trouver le bureau de Ziggourat, je tombe sur un coffre-fort avec un ridicule cadenas aussi fragile que de la porcelaine, en à rien de temps The Devil's Crow l'a brisé et m'a révélé le contenu du coffre : À l'intérieur, j'y retrouve le précieux revolver que j'avais trouvé au cimetière le jour où j'ai trouvé également Miguel, ainsi qu'une bonne lias de billets !
 
    En plus de récupéré ma trouvaille, je vole également l'argent, j'estime que ça fait partie du dédommagement pour avoir perdu mon temps dans cette académie pourris. À la suite de ça, je m'en vais de la pièce et tombe sur trois soldats malchanceux
    - Il est là ! Criaient-ils en me lançant leurs toupies ridicule, il ne m'a fallut que 3 secondes avant que les pouvoirs de Devil's Crow envahissent mon corps et viennent aspirer toutes leurs forces jusqu'à ce qu'ils tombent comme des mouches. Bien sûr je ne les ai pas tués, ils sont peut-être du côté de Ziggourat mais ce ne sont que de simple marionnettes : Je n'ai donc pas à tuer des innocents !
  
 
      Enfin, j'arrive dans le bureau de Ziggourat, il est à sa fenêtre à regarder le ciel comme à son habitude, il n'a même pas remarqué ma présence pour le moment, je décide donc de charger 5 balles dans mon revolver puis dans son dos je le pointe vers lui, il s'est alors brusquement retourné lorsque j'ai appuyer sur la détente en criant
    - Celle-là c'est pour Allan ! Il est à présent contre la vitre avec sa main sur son bras sanglant
    - Damian ? Grogne t-il en serrant sa plaie pour ne plus que ça saigne, en attendant moi je ferme la porte à clé derrière moi puis m'approche de lui, avant de tirer une deuxième fois
    - Celle-ci est pour Jack ! Son mollet possède maintenant un trou noir ensanglanté en plein milieu, il cris : S'en est presque jouissif pour moi !
 
    - Argh... Damian ! Arrête ça toute suite ! Cris t-il en tendant sa main vers moi, je souris avant de lui attraper le poignet et en le serrant comme lui me l'a fait
    - Pourquoi toute suite ! On a des comptes à régler il me semble, et il faut bien que je m'amuse un peu ! Lui ais-je répondu en lui craquant le poignet avec la puissance qui était celle d mon père autrefois, Ziggourat rampe sur le sol comme un misérable ver de terre pour atteindre son bureau, lors de cela, je tire une troisième fois, sa seconde épaule est touché, il est à présent à ma merci. Je le maintient au sol en écrasant son torse sous mon pied
    - Arrête Damian ! Tu te comportes de la même façon qu'était ton père, continue ainsi et tu finiras au fond d'une cellule ! Cris t-il, avec un froncement de sourcils, je lui tire la quatrième balle dans le poignet puis lui déclare avec mépris
    - Cette quatrième balle est pour ma mère ! Tu l'as dit toi-même Grand-père, je suis comme mon père ! Mais je ne commettrais pas les mêmes erreurs que lui, oh non ! Moi, je n'ai pas perdu mes émotions et je ne penses pas que le ciel me punira pour avoir tuer un démon tel que vous ! Entre vous et moi, il y a un sacré pallier !
 
    - Je vois... tu dis que tu ne commettra pas les mêmes erreurs que ton père, mais peux-tu me dire ce que tu fais actuellement alors ? M'a déclaré Ziggourat presque au bout de ses forces, j'ai donc approché le revolver et lui ai enfourner dans la bouche, il tremble de terreur devant moi
    - Je viens tout simplement mettre un terme à tout ça ! Je veux que ma famille puisse vivre en paix, sans craindre qu'un jour tu reviennes les faire souffrir, et que je puisse enfin profiter de la vie que tu as voulus me voler... ( Il commence à me supplier )... '' soupir '' pourquoi continuer ? Je n'entends plus, le son de votre voix ! Ais-je déclaré avant de tirer ma dernière balle, son sang m'éclabousse la figure et lui tombe à mes pieds, immobile.
 
 
    Un étrange sentiment envahit mon c½ur, c'est étrange je me sens soulagé alors que la puissance de Devil's Crow est entrain de se réveiller. Je sens les vibrations des gens qui courent dans le bâtiment : Je n'entends plus rien ! Dehors, le ciel est gris et les vents sont violents, je m'avance vers les bruits alors que les lumières au dessus de moi éclate en morceaux. Le pouvoir sombre est autour de moi et mon corbeau se trouve actuellement dans mes bras, au fur et à mesure que j'avance vers la liberté, il faiblit.


     Le bâtiments tremblent sous les vents, les soldats voulant m'arrêter se font aspirer leurs forces par mon pouvoir et tombent un par un, les vitres se brisent et enfin j'arrive devant la porte, elle se compresse, la vitre éclate et la porte s'arrache. Une lumière blanche m'éclaire et dans cette lumière : Mon corbeau disparaît en ne laissant qu'une dernière plume derrière lui !
 
    Je ne cesse de marcher dans les vents qui me décoiffe totalement en laissant derrière moi un enfer : La terrible erreur que Ziggourat est faîtes... c'est de m'avoir gardé ! Car, on disait qu'il était malheureux pour moi d'être enfermé avec lui, mais en réalité ce qui était réellement malheureux...
 
    C'est que c'était '' Eux '' qui étaient enfermé avec moi !